Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Comment j'ai perdu la foi

Comment j'ai perdu la foi?

C'est arrivé comme ça, bêtement, par un beau matin d'automne, alors que je discutais avec un pote croyant lui aussi.

Je m'y attendais pas du tout: j'étais pas en crise spirituelle, j'étais pas en dépression, rien de tout cela. Je faisais que discuter Bible avec ce pote, comme ça m'arrivait très souvent.

En fait, j'avais toujours le nez dans les Ecritures: ça me prenait des heures tous les jours, à lire, étudier, prier, sans compter le temps que je passais à essayer de convertir mon entourage !

J'étais du genre à lire les mêmes versets dans 6 ou 7 traductions différentes pour comparer le choix des mots, pour capturer le ton, pour bien m'assurer que je comprenais bien la Parole, cet inestimable don que Dieu a légué à l'humanité et donc à moi aussi, misérable pécheresse que je suis.

Je me nourrissais de la Bible: je m'abreuvais de la Torah, je vivais des Evangiles.

Mettez-vous à ma place: quand on a la foi en un Dieu aussi puissant que celui-là, avec lequel on échange chaque jour par la prière et la méditation, celui qui fait vivre et qui fait mourir, qui blesse et qui guérit (2), celui qui vous a créée (3), le Maître de l'Univers (4), celui qui détient la clef de votre salut (1) bref, quand on a la foi en ce Dieu-là, on ne peut que vouloir Le connaître pour de vrai, et établir une relation avec Lui, L'aimer et s'en faire aimer. Je prenais les choses très au sérieux... on est en train de parler de Dieu, je vous le rappelle.

Quel est le meilleur outil pour arriver à cette connaissance et à cette union, selon vous, si ce n'est la Bible, la Parole de Dieu Himself?

 

gnose

Exit, donc, les pasteurs, curés et autres pharisiens moralistes (quoi que non: j’ai beaucoup réfléchi avec Darby, Wesley et même Saint Augustin). Mais ce n’est que par la Bible, vérité parfaite, que Dieu s’adresse à moi personnellement.

Pour m'approcher de Dieu, je n'ai besoin que de La Parole inspirée (5), la vérité (6) ! Dieu ne l'a-t-il pas faite accessible aux simples d'esprit et aux petits enfants? Sola scriptura, sola fide, sola gratia, (8) avec la foi et l'aide du Saint-Esprit, voilà le seul chemin possible vers le salut.

Voilà pourquoi je passais tant de temps à décortiquer les Ecritures: Dieu ne parle pas pour ne rien dire, vous serez d'accord avec moi... C'est pas un rigolo, il ne nous prend pas pour des billes et il appelle un chat un chat. Il fait pas dans le mystère ni dans la confusion pour me compliquer la tâche, au contraire, il est clair et logique car il veut qu'on comprenne ce qu'il nous dit. Chaque mot, chaque virgule de cette précieuse Parole sont donc de la plus grande importance.

C'était pas seulement une question de peur de l'enfer ou des trucs comme ça. J'aimais et craignais Dieu, parce qu'il était mon Créateur et que je lui devais tout, c'était dans l'ordre des choses de se soumettre à Lui. L'injustice ici-bas? C'était la faute à Adam, pas la faute à Dieu, mais grâce à Jésus il y avait une espérance.

gnoseJésus, si sage, si doux, si humble, et fort à la fois, bref, l'émanation de ce Dieu créateur qui a souffert la croix pour nous sauver, nous tous, chacun (10). Jésus, le berger qui pait ses brebis, qui va chercher celle qui s'égarée, jusqu'à ce qu'il la trouve (9). Comment ne pas l'aimer, comment ne pas vouloir lui ressembler?

"Oh quel bonheur de le connaître,

L'ami qui ne saurait changer,

De l'avoir ici-bas pour maître

Pour défenseur, et pour berger" (7)

Et puis, encore plus que la crainte que ce Dieu inspire, c'est l'Amour qu'il prodigue qui le rend irrésistible (Jean 3:16). Un Dieu qui vient mourir pour vous, vous en connaissez beaucoup vous? La relation que j'entretenais avec Jésus était profondément empreinte de cet amour, j'en avais probablement un grand besoin.

Bon, je digresse. J'essayais de vous donner une idée de l'importance que cela avait dans ma vie, mais j'arrête mon blabla sinon dans 5 minutes je vais commencer à vous prêcher la bonne nouvelle du salut. Mais oui, d'une certaine façon, j'ai encore la nostalgie de tout cela. La vie était si simple, quand j'avais des certitudes...

Alors, dans le contexte que je viens de vous décrire, en pleine conversation avec ce pote dont je vous parlais, ma belle foi solide comme le roc que j'avais construite sur des années, elle s'est envolée comme ça, en 3 secondes et demie si pas moins, même pas le temps de dire Amen.

Cela, quand on a comparé Lévitique 23:5-6 avec Matthieu 26:17.

Si vous disposez d'une Bible et si vous prenez la peine de lire les versets incriminés, vous comprendrez que Jésus, donc, l'émanation de Yawhé qui a envoyé la Torah - ce même Jésus qui se trouve être également un Juif pieux et réputé sans péché - et donc scrupuleusement respectueux de la Loi, aurait violé sa propre Loi (donc aurait commis un péché) en ne célébrant pas une fête aussi Sainte que la Pâque de l'Eternel, au jour prescrit dans le Lévitique, mais plutôt le jour des pains sans Levain. Ca vous semble un peu compliqué, peut-être n'avez-vous pas l'habitude du jargon biblique, pourtant, la contradiction vous sautera aux yeux après un bref examen de la situation.

Alors, je me suis dit que c'était trop énorme, que ça n'avait aucun sens. Dieu nous obligerait-il à respecter ses édits alors que Lui-même ne respecterait pas?

gnose

Mais alors, est-ce l'évangéliste qui s'est trompé en relatant les événements, et si oui,  les Ecritures sont-elles vraiment crédibles dans ce cas?

Si Matthieu se trompe, surtout sur un événement tel que la Cène et la Pâque, alors tout devient sujet à caution. La Bible n'est plus fiable, elle n'est plus la Vérité.

Mais si c'est Dieu qui désobéit à ses propres règles une fois qu'Il s'est incarné, c'est lui qui passe pour le gros clown qui se fout un peu du petit peuple.

Qui est Jésus à la fin? Un fake, une arnaque, un mythe, un agitateur politique déifié par ses suiveurs, un hippi avant l'heure, une manipulation politique ? Il pouvait être tout cela, mais pas mon Sauveur puisqu'il n'était pas le Dieu qu'il prétendait être (14)

Si on connaît Dieu, si on connaît Jésus, on se rend compte que Matthieu 26:17 suffit à faire s'écrouler la crédibilité de tout le Nouveau Testament parce que deux choses l'une: Matthieu raconte n'importe quoi (impensable !) ou Jésus fait n'importe quoi (impensable aussi...)

Ce que ça m'a fait de comprendre cela? C'est indescriptible.

On pourrait peut-être comparer le choc à ce qu'éprouvent (au choix ou peut-être tout en même temps)

- Le mari qui trouve sa femme au lit avec un autre

- Le gars qui se réveille subitement d'un coma de 20 ans et qui se demande si le monde est réel,

- Le patron d’une boîte qui apprend que son associé de toujours s’est taillé sans préavis avec la caisse.

Ou encore, si on synthétise: On se dit en boucle: "Oh non c'est pas possible ! Mais si c'est vrai ! Qu'est-ce que je vais faire ? Oh non c'est pas possible. Mais si, c'est vrai ! Qu'est-ce que je vais faire ? " entrecoupés de: "Merde merde merde merde meeeeeeeerde !!..."

On comprend qu'on s'est fait duper, tout ce temps, instinctivement on essaye de recoller les morceaux, on peut pas admettre qu'on a tout perdu.

On se repasse mentalement les versets qui nous mettent en garde contre les ruses du Diable pour nous éloigner de notre Sauveur, on prie pour demander des éclaircissements, pour recevoir le don de la foi, on se dit qu'il y a encore moyen d'y croire, on se convainc que le doute va s'éclaircir après avoir comparé plusieurs traductions, après avoir lu les commentaires des Anciens, ... mais, au fond de soi on sait déjà que c'est fichu, ça sera plus jamais comme avant. La ficelle est trop grosse. Quelle bonne explication peut-il y avoir à cela?

(Et ça recommence:  "Oh non c'est pas possible ! Mais si c'est vrai ! Qu'est-ce que je vais faire ? Merde merde merde meeerde...” puis on se repasse de nouveau les versets qui nous mettent en garde contre les ruses du Diable...)

gnose

J'ai pas voulu laisser tomber tout de suite, j'ai tenté de m'accrocher. J'ai posé des questions, cherché des réponses. Le plus souvent on me disait que c'était pas bien grave, que Jésus ne faisait que suivre une tradition locale (donc, c'est OK de désobéir à la Loi du moment que c'est une tradition locale? Et puis d'ailleurs, Jésus détestait les traditions (11))  Le pire c'est quand on me disait: "En effet la Bible est la parfaite Parole de Dieu mais, faut comprendre quoi, c'est vieux, ça a été retranscrit plusieurs fois, c'est normal que des erreurs s'y soient glissées hein..." (ben tiens, d'abord, c'est quoi ce Dieu qui surveille pas la retranscriptions de Sa Vérité, contrairement à ce qu'il promet d'ailleurs? (12) Et au fait, il y en a d'autres, des erreurs? Quelles sont-elles?

On les cherche, on les trouve, comme on déroule une pelote de laine.

Jésus qui désobéit à Dieu n'est pas Dieu. L'Evangéliste qui écrit des erreurs n'est pas inspiré. Le scribe qui recopie est très distrait. Le Nouveau Testament n’est pas la Parole.

Après des semaines, sinon des mois de désarroi durant lesquelles je ne pouvais m'empêcher de m'écrier 20 fois par jour: "Mon Dieu mais qui es-tu?", ni de craindre que mes proches décédés ne soient finalement en enfer ou pire encore, qu'il n'y ait rien du tout au-delà de cette vie, j'ai repris courage, petit à petit.

Tout n'était  pas perdu. Si Jésus n'était probablement qu'un mythe, il nous restait au moins l'Ancien Testament, plus vieux donc forcément plus authentique. Si Dieu existe, alors il est chez les Juifs qui ont été suscités pour Le faire connaître au monde. L'Histoire de Jésus n'était sans doute qu'une grossière tentative d'appropriation par l'Occident à des fins de pouvoirs, de domination politique, ou que sais-je encore.  

Alors, on se replonge dans l'Ancien Testament et on le relit avec un regard neuf. On se rend compte en effet que, rien dans l'Ancien Testament ne permet de le relier à Jésus. Déjà, les Juifs ne réaffirment-ils pas l'unicité et l'indivisibilité de Dieu en psalmodiant le Shma Israel (13) chaque matin et chaque soir? En quoi tout cela est-il vraiment compatible avec une quelconque Trinité, ou avec un "Fils de Dieu" et un "Saint Esprit"? Total non-sense, comme on dit Outre-Manche. D’ailleurs à bien y réfléchir, est-ce que Jésus a jamais vraiment dit qu’il était Dieu?

Mais au fait, on fait quoi, si on veut se rapprocher du Dieu des Juifs, et qu'on est est pas Juif? On se met à fréquenter les synagogues bien que l'accueil soit un peu frais parfois. On étudie la Halaka, on écoute les enseignements des Sages du Judaïsme et on envisage de se convertir. En effet, on veut se donner les meilleures chances de plaire à Dieu, aucun sacrifice n'est trop grand pour se rapprocher de Son Créateur.

Mais bien que passionnante, la tâche est ardue et le doute subsiste. Chat échaudé craint l'eau froide: on a peur de se faire avoir, on a plus vraiment confiance aux textes anciens: on a besoin de preuves, d'expérience personnelle.

L'enthousiasme s'éteint peu à peu alors, on prend de la distance et on commence à chercher ailleurs, inévitablement. On finit par se rendre compte qu'aucune religion ne peut prétendre au statut de "Vérité". Dommage, ça aurait été plus simple...

gnoseOn a accepté l'idée de la quête, on comprend que le chemin vers la vérité est solitaire, ardu, frustrant.

Par acquis de conscience, on s’intéresse à tout, au cas où la vérité serait cachée quelque part en un bloc, ou répartie en morceaux un peu partout.

On prie Dieu intensément, même si on ne sait plus trop qui Il est... On prie surtout Jésus car on ne connaît vraiment que lui, le compagnon de longue date à qui on s’est tant confiés... 

On demande de l'aide au Ciel, on explique sa bonne foi (sans mauvais jeu de mot), on demande pardon si on se trompe, on dit qu'on a perdu son chemin.

On dit a désespérément besoin de guidance...

Dieu, où es-tu? Qui es-tu?

-----------------

Notes:

(1) Habacuc 3:18

(2) Deutéronome 32:39

(3) Esaie 54:5

(4) Esaie 37:16

(5) 2 Tim 3:16

(6) Jean 17:17

(7) Hymne protestant. J. McGranahan / A. Glardon

(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Cinq_solae

(9) Luc 15:1

(10) Jean 3:16

 

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel